Les hommes et les femmes ressentent et expriment leur douleur émotionnelle de manière différente et c’est ce qui détermine le degré de souffrance de chacun d’eux.

L’étude menée par le Dr Morris a sollicité des milliers de participants de 90 pays différents. Ces individus ont été soumis à un questionnaire concernant la fin de leurs relations. En premier lieu, on remarque que la femme est beaucoup plus affectée que l’homme. Étant de nature plus émotive, elle est plus en proie à la dépression et vit son deuil avec beaucoup plus d’intensité. Sa douleur est bien présente, même aux yeux de son entourage.
L’homme par contre a souvent l’air beaucoup plus serein.
Après une rupture, il n’est pas facile pour lui d’exprimer ses souffrances et il ne ressent pas le besoin de le faire. Il étouffe sa douleur et préfère se tourner vers la violence, l’alcoolisme et la toxicomanie. Il devient quelque peu lugubre et tous les moyens sont bons pour bloquer les pensées malvenues. On pourrait déduire que les malheureuses conséquences d’une rupture ne font réellement souffrir que la femme, tandis que l’homme, à la quête d’une seconde jeunesse, s’en sort indemne mais ce n’est pas vraiment le cas.

Les femmes ne sont pas plus sensibles que les hommes, elles se laissent simplement submerger par leurs émotions plus facilement. En effet, la douleur est présente également chez les hommes et elle ne peut disparaître par elle-même. A un moment donné, il faut bien la faire ressortir et c’est là où tout se complique.

Les documents du Dr Morris examinent la situation sur le long terme. Les hommes, bien qu’ils paraissent très bien gérer leur rupture, c’est au contraire les femmes qui tournent la page en premier, les laissant patauger dans un chaos interminable. D’après les rapports, les hommes souffraient encore de leur rupture après plus d’un an et ne savent pas comment s’en remettre.
Tandis que la femme se sert de sa douleur pour mieux se comprendre et déterminer avec plus de maturité ce qu’elle attend de la vie et d’une relation, l’homme est toujours plongé dans le déni et fuit toujours sa souffrance.

L’analyse affirme qu’une relation pour l’homme va au-delà des relations sexuelles. Évidemment, le lien qui se crée dans un couple se scelle par l’amour et la complicité et ce, dans toutes les cultures du monde.

Les ruptures : Ce sont les hommes qui en souffrent le plus
PARTAGER