Le potiron fournit du potassium pour réguler la pression artérielle, du phosphore pour aider à la régénérescence des tissus et du cuivre pour défendre le corps des radicaux libres. Elle contient également du manganèse pour lutter contre certaines allergies et empêcher de fragiliser le corps.

La citrouille renferme des quantités importantes de vitamines B telles que la riboflavine, acide pantothénique, pyridoxine et folate. Ces composés sont indispensables pour stimuler le système immunitaire et pour la bonne santé de l’organisme

Une recette de potiron en automne permet de faire bénéficier le corps des atouts de la vitamine K. Cette dernière assure la production des facteurs de la coagulation sanguine.

Le bêta-carotène est un caroténoïde naturel transformé en vitamine A dans l’organisme. Il lutte contre le vieillissement des cellules.

Il est recommande de consommer la pulpe et les pépins du potiron. La première est riche en glucide et jouit de propriété diurétique. Tandis que les graines sont riches en acides aminés et cucurbitacines. Ces pépins aident le corps à éliminer les parasites et à combattre certaines bactéries.

Appelé aussi acide ascorbique, il favorise l’absorption intestinale du fer de provenance végétale. Outre ses propriétés antioxydantes, cette composante chimique aide à la construction du collagène et à la cicatrisation.

Comme la myrtille, ce légume contient dans la chair du rétinol. Ce composé est efficace pour la santé visuelle, buccale et cellulaire. Elle est également importante pour la bonne croissance des nourrissons.

Cet oligo-élément est essentiel pour la bonne oxygénation du corps. Manger une soupe de potiron réduit la fatigue et favorise le système intellectuel. Cette molécule est importante pour absorber la vitamine C.

Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.
Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.
Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.
Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.
Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.
Potiron : Ses bienfaits nutritifs et médicaux.

Vous en pensez quoi?

PARTAGER