Tricoter, dessiner, lire … autant d’activités créatives qui constituent des thérapies de détente. Occuper ses mains pour libérer son esprit ? Cinq exemples en mode DIY.

Une (biblio)thérapie qui a fait ses preuves .Non seulement la lecture fait travailler le cerveau et le protège du vieillissement,mais son effet apaisant est mis en avant ,on ressentirait 68 % de stress en moins en six minutes, plus rapide et efficace que la marche ou la musique ! Le livre, un outil de soin ? Oui, en boostant notre bien-être psychologique.
Mettre les mains dans la terre, retirer les feuilles mortes, admirer ses hortensias ou déguster ses tomates : entre activité physique et méditation en mouvement, le jardinage épanouit, repose, apprend la patience et procure une fierté qui booste le moral et la confiance en soi ! 
Pas de jardin (personnel ou partagé) ? On peut cultiver des aromates ou des radis dans sa cuisine, accrocher des jardinières fleuries devant sa fenêtre, tailler amoureusement ses bonzaïs. L’essentiel est que ces petits espaces de nature ressourcent et mobilisent notre esprit, qui en oublie de ruminer.
Démodé, le tricot ? Au contraire, c’est l’une des activités DIY les plus en vogue, en version « classique » ou moderne avec le Arm Knitting, ultratendance, où les aiguilles sont remplacées par les bras : une grosse laine dédiée, un peu de musculation pour les biceps et les épaules (cela aidera à dénouer les tensions) et des mailles qui montent vite ! En un temps record, on réalise une couverture moelleuse pour se lover sur le canapé : super motivant, même pour les débutantes .Simple, répétitif et tactile, le tricot mobilise l’esprit pour mieux le libérer. « tricopathes » !

Dessiner et colorier, c’est se débrancher de ses pensées et de ses soucis pour mieux se reconnecter à son âme d’enfant. Crayons de couleur et feutres en main, on s’applique, on crée, on recherche l’harmonie des teintes, on veille à ne pas déborder, bref, on a 8 ans ! Le succès chez les adultes en mode « sas de décompression » (voire art-thérapie avec des thérapeutes) s’explique : dessiner calme, nécessite de se concentrer (ce qui chasse les pensées parasites), régule les battements cardiaques dont l’emballement signe le stress, valorise… 
C’est un excellent moyen d’expression créative, qui offre aussi un cadre rassurant ! Un moment de bonheur personnel, qu’on peut aussi partagé avec la famille.
Prenez le temps de chanter ,avec raison, car le chant provoque un lâcher-prise aux effets physiques et mentaux, en mettant le corps en vibration. L’air part du ventre, remonte et fait résonner les organes, le diaphragme se libère, les organes digestifs, massés par le flux d’air, se détendent, une déferlante d’oxygène circule et apporte un bol d’air interne qui chasse le stress et réoxygène. Tensions et crispations disparaissent, on est moins recroquevillée sur soi-même (au propre comme au figuré). Peines et soucis se dissolvent dans les notes : qu’importe la partition, pourvu qu’on ait l’ivresse ! À pleine voix, l’effet devient jubilatoire et délicieusement régressif. Qu’on se déchaîne sur un vieux tube disco ou qu’on improvise en vocalises d’opéra, qu’on intègre une chorale gospel ou qu’on se lâche au karaoké, jouer les rossignols est bienfaisant.

Des loisirs anti-stress
Des loisirs anti-stress
Des loisirs anti-stress
Des loisirs anti-stress

Vous en pensez quoi?

PARTAGER