La tradition indienne les utilise depuis des millénaires. Quelles sont les plus intéressantes pour notre bien-être ? Une sélection d’Indrajit Garai, spécialiste en ayurvéda.

Le poivre noir :Assaisonnement en Occident, c’est également un remède digestif évoqué dans les textes médicaux sanscrits. En infusion (4 à 5 grains par tasse), associé à du gingembre (1/2 c. à café), il donne une tisane sudorifique efficace pour enrayer un début de refroidissement. « Pour préserver ses qualités, choisissez-le en grains ou, à défaut, en mouture pas trop fine ».

Le safran c’est la plus coûteuse des épices (dans 1 kilo de safran sec, il y a les pistils de 200 000 fleurs), au parfum un peu amer, possède des vertus à la fois sédatives et toniques, calme les douleurs de règles et exerce une action hypotensive. Pour une infusion, comptez six stigmates par tasse, ajoutez de l’eau, du lait ou du thé vert brûlants – sans faire bouillir – et laissez infuser longuement (idéalement, quatre heures).

La cannelle :Une caractéristique à relativiser car on la consomme à doses mini. Dotée de propriétés antibactériennes, elle est efficace en infusion contre des intoxications alimentaires légères. Antivirale, on peut l’ajouter à un grog pour interrompre un rhume naissant.
L’anis purifie l’estomac ,favorise les sécrétions (salivaires, gastriques et bronchiques) et facilite la digestion. Ses graines se préparent en infusion, s’avalent à raison de deux à trois c. à café par jour ou se saupoudrent sur une salade. À éviter pendant la grossesse et en cas d’hypertension.

Le curcuma anti-inflammatoireDe la même famille botanique que le gingembre, sa pulpe, d’un orangé profond, donne sa couleur aux currys. C’est la star des recherches thérapeutiques menées sur les épices. Puissant anti-inflammatoire, il agit aussi sur la sphère hépato-biliaire. Indrajit Garai* l’associe à du poivre, afin de faciliter son assimilation. à éviter en cas d’ostéoporose.*

La coriandre en grains dégage un parfum légèrement piquant et terreux, très différent de celui des feuilles. « Elle lutte contre les flatulences, calme les colères du côlon et ne présente aucune contre-indication » .Voici son mélange d’épices équilibrant : 2 portions de graines de coriandre moulue, 1 de curcuma en poudre, 1 de fenugrec moulu, à préparer à l’avance et à conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur. Vous pouvez en mettre sur vos salades vertes.

Le clou de girofle :Riche en eugénol (la fameuse “odeur du dentiste”), molécule antibactérienne et calmante, il apaise les maux de bouche. On peut ainsi mâchouiller un clou, légèrement chauffé au préalable. Il a aussi des vertus antinausées (en infusion, à raison de deux ou trois clous seulement par tasse).

Le cumin :Ses petites graines à l’odeur puissante, souvent associée à la cuisine méditerranéenne, sont aussi très présentes dans les mélanges d’épices et la thérapeutique ayurvédiques. « Sa cible privilégiée : l’intestin grêle.
Si le ventre gargouille deux heures après un repas, prenez du cumin. En cas de flatulences, trois ou quatre heures après, privilégier la coriandre. » En médecine ayurvédique, les épices sont utilisées de préférence crues.

Le gingembre : Il aide à digérer, stimule les fonctions circulatoires, diminue les effets du décalage horaire, est un antinausées efficace. (Demander un avis médical en cas de calculs biliaires ou de grossesse.) .

La cardamone fortifiante« C’est une épice chaude, convenant aux personnes stressées et fumeuses .
Croquer une à deux graines par jour pour fortifier la rate et l’estomac. La cardamome verte (au parfum plus fin que la noire) est à acheter si possible en version bio, car cette plante subtropicale fragile est souvent très traitée.

Les bienfaits des épices sur notre santé
Les bienfaits des épices sur notre santé
Les bienfaits des épices sur notre santé
Les bienfaits des épices sur notre santé

Vous en pensez quoi?

PARTAGER